La biomasse solide est-elle rentable?


Pour comparer le prix de revient de la biomasse solide à une autre énergie, il faut s’intéresser au prix des combustibles, à l’amortissement de l’investissement pour l’équipement, aux frais d’exploitation, aux taxes, au rendement... Une comparaison qui n’est pas toujours facile à établir. Toutefois, on peut estimer qu’en moyenne le coût du combustible bois est deux à trois fois moins cher que le gaz ou le fioul. Et, valeur sûre, il est insensible aux variations des monnaies et du cours du pétrole. L’investissement est au départ 4 à 5 fois plus élevé que pour une chaudière gaz ou fioul. Selon les cas et le niveau de subvention, le retour sur investissement est de 7 ans en moyenne alors que la durée de vie d’une chaudière est de 20 ans.




Les avantages environnementaux de la biomasse



Énergie renouvelable


Contrairement aux combustibles fossiles dont les approvisionnements seront épuisés à plus ou moins long terme, les combustibles à base de biomasse proviennent d’une ressource renouvelable qui, bien gérée, peut durer indéfiniment.



Meilleur bilan énergétique


Une unité d’énergie fossile est nécessaire pour produire quinze unités d’énergie thermique à partir de la biomasse forestière (sous forme de copeaux) utilisée dans des circuits courts (1:15). Ce bilan est de l’ordre de 1:6 pour le bois densifié.



Meilleur bilan carbone


Tel qu’indiqué précédemment, la substitution du mazout par la biomasse pour la production d’énergie thermique permet d’éviter l’émission de 1,3 à 1,4 t CO2 pour chaque tonne de biomasse utilisée.




Les avantages économiques de la biomasse



Compétitivité de l’énergie


Outre les avantages environnementaux, le chauffage à la biomasse offre avant tout, pour l’utilisateur sérieux, la possibilité de réduire substantiellement ses coûts énergétiques. Le prix de revient de la biomasse est souvent très inférieur à celui des combustibles fossiles. Le calcul de ces coûts tient compte de la valeur thermique du combustible, mais ne tient pas compte du prix du système de chauffage.



Type de
biocombustible
Unité de
mesure
Coût par
unité
Contenu
énergétique

kWh/unité
Coût

$/kWh
Efficacité de
conversion

(eau chaude)
Coût réel

$/kWh
Coût réel

$/GJ
Mazout #2 (léger) litre 0,768 $ (1) 10,6 7,23 ¢ 80 % 9,0 ¢ 25,09 $
Diesel litre 1,04 $ (2) 10,7 9,61 ¢ 80 % 12,0 ¢ 33,36 $
Gaz naturel m3 0,646 $ (3) 9,6 6,73 ¢ 85 % 7,9 ¢ 21,99 $
Gaz propane m3 0,797 $ (4) 7,1 11,24 ¢ 85 % 13,2 ¢ 36,74 $
Électricité kWh 0,080 $ (5) 1 8,02 ¢ 97 % 8,3 ¢ 22,97 $
Copeaux verts (55%) tmv 65,00 $ (6) 2900 2,20 ¢ 75 % 2,9 ¢ 7,98 $
Granules tma 175,00 $ (7) 4800 3,60 ¢ 80 % 4,6 ¢ 12,66 $

    Sources :
        1. Régie de l’énergie, moyenne pondérée des 10 premiers mois 2010 pour l’ensemble du Québec;
        2. The Kent Group, 2010, moyenne pondérée des 11 premiers mois 2010 pour l’ensemble du Québec;
        3. Gaz Metro novembre 2010, coût moyen dépend de la consommation;
        4. The Kent Group, 2010, moyenne pondérée des 11 premiers mois 2010 pour l’ensemble du Québec;
        5. Hydro Québec novembre 2010, basé sur le coût moyen au tarif M pour une école;
        6. Présentation de FPInnovations FERIC, Luc Desrochers, ingénieur forestier;
        7. Présentation de FPInnovations FERIC, Luc Desrochers, ingénieur forestier.



Stabilité du coût de l’énergie


Au delà du prix, l'intérêt économique du bois réside dans la stabilité de son prix dans le temps qui s'explique par les facteurs suivants :



» Le bois est une des rares matières premières dont le prix n’est pas indexé sur le prix des énergies fossiles. Son prix ne suit pas la tendance du marché du baril de pétrole.


» Le bois étant issu d'un processus simple peu consommateur en énergie, l'augmentation du prix de l'énergie n'a qu'un impact très limité sur le coût de production des copeaux (comparativement aux autres énergies).


Si l'investissement de la chaudière bois est supérieur à celui d'une chaudière classique, le coût moindre du combustible le compense tout au long des années de fonctionnement. Cette particularité constitue par ailleurs un gage de stabilité : la facture totale annuelle du chauffage au bois (amortissement de l'investissement : part fixe + achat de combustible : part variable) se répartit différemment de celle des énergies fossiles. Quand pour le bois la part variable sujette à évolution dans le temps représente 30 à 40 % de la facture totale, elle s’élève à 90-95 % pour les énergies fossiles.



Exemple de répartition des coût de fonctionnement


Exemple de répartition des coûts de fonctionnement



Le prix des produits pétroliers est soumis aux aléas des marchés internationaux alors que la biomasse fait partie d’un marché local. Cet état de fait est de nature à assurer une grande stabilité du coût de l’énergie et contribuera à diminuer la vulnérabilité financière des utilisateurs.



Avantage pour l’économie locale


Les sommes dépensées pour les biocombustibles restent dans l’économie locale. De plus, la collecte, la préparation et la livraison des biocombustibles sont créatrices d’emplois (un emploi pour chaque tranche de 500 tma de biomasse consommée selon des agences et instituts français et finlandais).



Disponibilité d’une technologie performante


Les technologies de chauffage à la biomasse forestière, complètement automatisées, sont commercialement éprouvées dans tout le Canada. Elles offrent de hauts rendements énergétiques et une excellente performance environnementale (combustion contrôlée, filtration des poussières et faibles émissions atmosphériques).




Principe de la bi-énergie


Pour des puissances supérieures à 200 kW, il est souvent intéressant de mettre deux chaudières en cascade, une chaudière bois en base et une chaudière à énergie fossile (fioul par exemple) en appoint. Cette particularité de dimensionnement des équipements bois énergie automatique provient :


» Du fait que le calcul théorique de la puissance prend en considération les conditions les plus défavorables (températures extrêmes en hiver et appel maximal de puissance de tous les bâtiments au même moment). Dans la pratique ces conditions sont réunies deux à trois fois par an. Il est donc inutile d'investir dans une chaudière bois dont la capacité totale ne serait utilisée que pour des périodes très courtes.


» Que l'on préférera faire fonctionner la chaudière bois à pleine charge le plus longtemps possible (meilleur rendement et optimisation de la durée de vie) et assurer l'appoint lors des pics de consommation avec une chaudière à énergie fossile lorsqu'il y en a besoin. La chaudière d'appoint peut aussi jouer le rôle de secours si elle est dimensionnée en conséquence.


» De l'obligation légale pour certains bâtiments (scolaire, médical) de disposer de plusieurs chaudières pour satisfaire leur besoin de chauffage. L'investissement d'une chaudière bois étant plus élevé, le recours à la bi-énergie permet d'optimiser ces investissements tout en privilégiant l'utilisation du bois comme combustible.



Exemple de courbe d'appel de puissance


Exemple de courbe d'appel de puissance





Haut de la page